Autour du vin

Toute une histoire, le Rosé de Provence, et celui de la Portanière aussi !

 

C'est aussi beaucoup de questionnement pour le consommateur.

Peutêtre trouverez vous la réponse à une de vos question dans cette rubrique.

 

En février, enfin l'hiver, déjà le printemps !

La taille, toujours, et ça commence à se voir. Le vignoble se débarrasse des stigmates de la dernière récolte. Allez, courage, les jours rallongent et le printemps c'est annoncé avec les premières "mauvaises" herbes. Les Cognassiers du Japon sont en fleur, les Mimosas aussi. Les Nombrils de Vénus habillent les restanques. Et pourtant l'hiver est là avec les premières gelées blanches.

 

En cave on conditionne les nouveaux millésimes. Rosé et Blanc 2015, en priorité.

Tout doit être prêt pour les premiers beaux jours.

 

Au verger, rien ne bouge à part les oiseaux, les bienvenus, qui cherchent leur protéines dans la terre et nous débarrassent d'hôtes encombrants. 

 

 

En janvier au domaine

Quel travail ! en janvier pas de répit.

La taille des vignes continue. C'est un travail répétitif mais chaque vigne est unique. La taille est donc adaptée. Là une attache, là un marcottage etc.

Et quel plaisir, par beau temps, de sentir la douce chaleur du soleil sur le dos ! 

Voilà un travail idéal pour les méditatifs. Une conversation silencieuse s'installe avec le végétal.

 

On taille aussi les arbres fruitiers. Là, c'est un peu plus compliqué. On quitte le monde des lianes pour celui des arbres. Le fruitier a son âge, sont port, son équilibre, son espace vital, son voisinage, sa mise à fruits, ses hôtes plus ou moins sympa. Et là aussi un dialogue silencieux s'installe avec des promesses de soins et de fruits.

 

En janvier, on surveille de très prêt nos cuves qui contiennent les vins du nouveau millésime : 2015 sera bientôt en bouteille. En attendant on guette le froid si bénéfique ! Bientôt les Rosés et Blancs seront prêts. Tout le monde attend.

Le vigneron sera bientôt face à ces clients et amateurs qui dégusteront.  C'est chaque année un moment de tension.

 

 

L'appelation Pierrefeu ?

C'est la reconnaissance d'un terroir qui part de Carqueiranne, longe la vallée en passant par Cuers, Pierrefeu pour terminer sur les contreforts du Massif des Maures à l'adret de Collobrières.